margot.

img20210115_14543605.jpg

Imaginez vous une salle de concert bondée à Paris lors de l’automne 2019. Audiophiles se sont rassemblés et savourent une pinte au Trianon avant de savourer (visuellement cette fois-ci) les déhanchés d’Alex Cameron. J’y étais avec une amie, Marine, et on y croise Florian et Margot.

C’est donc dans cette effervescence sociale que je rencontre Margot. Bien évidemment, nos premières phrases échangées sont cordiales et timides : on va se l’admettre, communiquer dans une salle pleine et alcoolisée reste complexe. Malgré ce peu de communication, je ressens de l’intrigue à l’égard de Margot mais je me sens à l’aise. Elle dégage une énergie positive et je dois admettre que sa voix bien articulée et douce y est pour beaucoup.

Puis, il y a sa démarche de sirène ! Margot fait de la danse et elle semble si légère partout où elle se porte, avec élégance. Elle me semble aussi sortie d’un film de la nouvelle vague : elle portait un gros pull col roulé et un jeans boyfriend so 90’s. Au-delà du look, c’est son regard poétique porté sur le monde qui me rappelle les protagonistes de cette époque-là. Tout changement est possible et la rêverie fait partie intégrante de sa vie. Je l’imagine facilement arpenter les plages bretonnes, ses longs cheveux ondulant au vent salé tout en immortalisant le mouvement des vagues avec l’un de ses appareils.

Mais détrompez-vous, Margot est une rêveuse organisée. Elle mène à bien ses divers projets : dans la photographie argentique, en tant que réalisatrice (pour notre ami Refuge, notamment), le théâtre, le collage, et bien d’autres choses. Je suis ravie qu’elle ait prise le temps de poser pour ce projet, et de nous expliquer son approche à la mode. Découvrez ses réponses et le restant des photos ci-dessous !

Comment pourrait-on faire de la rue un safe space, ou tous.tes peuvent s'exprimer librement ?

Déjà, l'éducation de tous.tes dès le plus jeune âge pour apprendre que chacun.ne a le droit de s'exprimer librement chez lui et dans n'importe quel lieu public. Pourquoi ne pas faire des campagnes de sensibilisation au harcèlement/liberté d'expression, à commencer dans les écoles ? Honnêtement je me pose la question très souvent et je n'ai pas de solution, donc Adé tu lances une masterclass en 2021 et on réfléchit tous.tes ensemble ? :)

 

Quelle place détient le vêtement dans ta vie ? 

 

Il y a eu une évolution depuis que je suis gamine. En primaire, je portais souvent des vêtements de sport ou des choses très simples, peu colorées. J'étais assez "garçon manqué", comme on disait à l'époque. Ça a continué au début du collège. Longtemps je me suis cachée derrière des vêtements souvent trop amples, qui ne mettaient pas de formes en valeur. Je rejetais les décolletés (encore maintenant c'est compliqué), les jupes courtes... Il a fallu beaucoup de temps avant que je prenne vraiment goût à m'habiller et par dessus tout, à OSER porter des vêtements excentriques, féminins, flashy.

Encore maintenant le vêtement définit mon état d'esprit, quand ça va bien ou mal. La bonne nouvelle, c'est qu'à présent je suis mes envies et je porte des fringues que je n'aurais pas osé mettre avant. Il y a encore du chemin concernant le fait de s'habiller de manière sexy ; dans la rue ce n'est malheureusement pas possible pour moi : trop d'hommes, trop de malaise, je n'arrive pas à passer outre les potentielles remarques ou regards. Ce qui est tellement bête et tellement dommage.

Mais quand tout va bien, qu'est-ce que je trouve ça agréable de se sentir bien dans sa peau et dans ses fringues. 

 

La pièce ou l'accessoire fétiche de ta garde-robe ?

Je dirai crop top sous salopette en jean. Et sinon je porte toujours des créoles.

 

Quel est l'élément "glitz & glam" de ton look ?


Un rouge à lèvre rose, presque fluo et de l’eyeliner qui shine. Et ma doudoune couleur guimauve torsadée. 

Dans quelle ville t'es-tu sentie la plus safe ? Pourquoi ?

Quand je suis en tenue de randonnée ou en Bretagne ahah ! Je ne les connais pas très bien, mais si je dois citer deux grandes villes, je dirais Amsterdam ou Londres, parce que j'ai eu la sensation que tout le monde s'en fiche...

Une chanson qui booste ta confiance en toi ?

"Bitch better have my money" de Rihanna. Déjà, c'est la chanson que l'on écoute avec notre collectif de théâtre avant des représentations ou pendant nos répétitions pour danser et se défouler. Rihanna est forte pour transmettre sa badassattitude à travers ses chansons.

Vous pouvez suivre Margot sur Instagram !