anahita.

C’est la rentrée de 2nde, au Lycée Français Réné Goscinny de Varsovie. C’est ma dernière année en Pologne, et la première d’Anahita. Dans ces « petits » lycées, un.e nouvel.le élève est toujours l’évènement de l’année tellement nous étions peu. Je me rappelle l’instant ou Anahita est arrivée dans la cour : pantalon en cuir taille haute, talons et chemise en organza large. Tout de noir vêtu de la tête aux pieds, et une sacrée dégaine. Instantanément je l’ai admirée. Une décennie plus tard, cette admiration perdure.

Anahita, c’est probablement l’une des personnes qui m’a rendue curieuse quant au vêtement. A travers les années, on a pu discuter de son approche à tout cet univers. Je me souviens qu’elle voulait devenir costumière. Elle avait même un buste de mannequin dans sa chambre, sur lequel elle confectionnait ses petits rêves. Sa passion pour l’art se calque sur sa vision de l’habit. Chacun de ses ensembles est méticuleux, original et détonne du reste. Si à travers les années le noir a pu laisser place à plus de couleur, la structure et la belle coupe reste primordiale.

L’autre jour, on se baladait dans le Marais et un jeune homme nous a arrêtées. Je ne sais pas trop pourquoi on l’a écouté pendant cinq bonnes minutes mais une chose m’a marqué : il nous a demandé si nous faisions souvent ça, de se complémenter. Anahita portait du noir et moi du beige. Toutes deux de longs manteaux sur des corps de moins d’1m70. Anahita a répondu que c’était souvent le cas tout en étant complétement inconscient. Je réalise que cette incroyable personne est possiblement un des ying à mon yang. Comme j’aime à le dire, j’ai eu un coup de foudre amical en la rencontrant et notre amour continue à travers ces années. J’ai hâte de découvrir le strass et les paillettes qui sortiront de son imagination !

Quelle place détient le vêtement dans ta vie ?

 

Très importante ! J'ai toujours utilisé les vêtements comme moyen pour m'exprimer, et je dirais que je perçois le vêtement comme une extension de la personnalité. C'est d'ailleurs pour ça que plus jeune j'ai voulu être costumière. J'ai toujours trouvé intéressant de comprendre, décrypter, mais aussi développer un personnage à travers ce qu'iel portait. Je vois ça comme une forme de communication extra-linguistique.

 

J'ai aussi été "bullied" au collège. Je pense que l'accélération de mon intérêt pour les vêtements à ce moment-là n'est pas anodine, -même si la mode m'a toujours passionné plus jeune. Du coup, je me suis beaucoup amusée avec les vêtements, et j'ai commencé à tester des formes et des matières différentes ; et à voir dans quoi je me sentais bien à tel ou tel moment. Avec le recul, je pense que c'était une manière pour moi de montrer les différentes facettes de ma personnalité et de rompre avec une représentation unidimensionnelle qu'on pouvait un peu projeter sur moi.  

 

Je fais aussi partie de ces personnes qui sont persuadées que tu peux connaître le caractère de quelqu'un à travers ses chaussures... du coup j'avoue que je fais assez attention aux chaussures de la personne qui m'intéresse haha (oups).

 

La pièce ou l'accessoire fétiche de ta garde-robe ?

 

Compliquée... J'adore expérimenter avec les coupes et les matières de pièces considérées plutôt classiques (style un pantalon noir, mais avec de vastes ouvertures le long des jambes ou composées de plusieurs textiles). Mais je dirais que j'ai une obsession assez étrange pour les mini-sacs (encore mieux s'ils sont en perles) depuis un petit bout de temps maintenant.

 

Quel est l'élément "glitz & glam" de ton look ?

 

Pour le projet "Glitz & Glam" j'ai voulu m'amuser avec mon maquillage. Je n'ai pas trop de mal à expérimenter avec les vêtements, mais je dois avouer que le maquillage est assez nouveau pour moi ! Je pense qu'il s'agit d'une réelle forme artistique, que j'aimerais un peu plus investir. En y pensant je crois que cet aspect-là d'une "tenue" m'intimide un peu plus, puisque l'attention est portée directement sur le visage. Je me suis donc dit que ce projet serait la parfaite occasion d'aller plus loin dans ce que je peux faire habituellement en termes de couleurs et de matières.

 

Dans quelle ville t'es-tu sentie la plus safe ? Pourquoi ?

Parmi les villes où j'ai vécu, je pense que ce serait Londres et Varsovie. On m'a plus rarement embêtée dans la rue dans ces deux villes (et ce à n'importe quelle heure de la journée), même si bien sûr le harcèlement de rue n'y est pas non plus inexistant. 

Je pense également que les habitants de Londres sont plus habitués et enclins à l'expérimentation stylistique, et sont donc beaucoup moins dans le jugement à ce niveau-là. On y trouve beaucoup plus un sentiment d'acceptation dans la différence, plutôt qu'une tentative de "lissage" ou d'"uniformité" sociale.

 

Une chanson qui booste ta confiance en toi ?

Ça dépend vraiment de la raison pour laquelle j'ai envie de booster ma confiance en moi (si je me sens un peu déprimée à cause du temps/ climat général, pas assez d'énergie etc.). Mais je dois avouer que je tends souvent vers le rap anglo-saxon par des artistes femmes dans ce genre de scénario (style Lil Kim, et plus récemment Princess Nokia et Quay Dash), parce qu'elles sont dans la revendication de leur identité, et s'assument totalement. Ou sinon du disco puis house des années 80 (plutôt parce que j'associe ces genres à des moments de célébration et "d'osmose" que j'ai pu vivre). Et bien sûr Lizzo !

Vous pouvez suivre Anahita sur Instagram !

©2019 adecerjat

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now